Plan Grand Froid
   
Le grand froid au même titre que la canicule est devenu une préoccupation d’ordre national.

Les grands axes de ce plan comprennent:
Le renforcement des capacités d’accueil et d’hébergement pendant l’hiver.
Le plan d’action renforcé pour les sans-abri, ou sdf (PARSA).
L’augmentation des veilles sociales et des services de «maraude».
Le renforcement d’accueil de jour, d’orientation et d’insertion, et du service
Samu social 115.
 
Le dispositif national
   

Dès que le Plan Grand Froid est lancé, d’importants moyens sont mis en œuvre au niveau national, pour aider les sans-abri.
Ainsi, on observe un renforcement des capacités d’accueil, d’hébergement et d’insertion pendant l’hiver pour les SDF.
En tout, plus de 16000 centres d’accueil sont prêts à fonctionner. Les services publics peuvent aussi décider de mobiliser d’autres lieux, en fonction des besoins, comme des casernes, des gymnases voire des stations de métro de manière ponctuelle.
Des nuitées d’hôtel sont également financées pour s’adapter à la diversité des demandes d'accueil : femmes seules, familles avec enfants, demandeurs d'asile...


Par ailleurs, la solidarité des citoyens est requise afin d’aider la prise en charge des plus démunis.
Le rôle du 115 est en cela primordial.
Ce numéro d’urgence permet de joindre le SAMU social 24h/24 pour signaler une personne sans abri.
En fonction de la disponibilité des équipes mobiles et des places libres dans les centres d’hébergement, le SAMU social décidera du meilleur moyen d’intervenir : soit il indiquera directement au sans-abri le centre d’hébergement où il peut se rendre, soit une équipe mobile (les «maraudes») sera envoyée sur place et prendra en charge le SDF en l’orientant, si celui-ci le désire, vers un hôpital ou un centre d’hébergement.
Ces équipes mobiles d’intervention sont composées d’une infirmière et d’un travailleur social, mais des psychologues et des psychiatres sont également prêts à se rendre dans la rue pour répondre aux besoins des personnes en grande difficulté psychologique qui refusent de venir dans les centres d'accueil.

 
Les risques liés au grand froid
   
Chaque année, des centaines de personnes sont victimes de pathologies provoquées par le froid. Plusieurs éléments en sont les causes :

Les maladies directement liées au froid telles que les gelures ou l’hypothermie sont responsables de lésions graves voire mortelles.

Les gelures graves surviennent lors du gel complet des tissus des extrémités exposées au froid. Dans un premier temps, la peau est rouge avec une sensation de brûlure puis elle devient insensible, et peut changer de couleur (bleu-noir). Il faut alors appeler rapidement le SAMU 15 (ou le 112) car ces lésions nécessitent un traitement hospitalier en soins intensifs.

L’hypothermie se traduit par une baisse de la température corporelle en dessous de 35°C. Elle est d’autant plus dangereuse que ses symptômes apparaissent de manière très progressive et sournoise. L’hypothermie se caractérise par une somnolence ou un sentiment de fatigue et d’intense frilosité, par une sensation d’engourdissement progressif et de baisse de la force musculaire, et par une maladresse inhabituelle (perte équilibre, difficulté à manipuler les objets ou à s’exprimer normalement) : les fonctions vitales de la personne peuvent alors être en danger, il faut appeler urgemment le SAMU 15 (ou le 112). En attendant les secours, il faut installer la personne à l’abri du froid et du vent, remplacer ses vêtements s’ils sont mouillés et la réchauffer avec des couvertures sans utiliser de chaleur directe (telle que couverture électrique ou bouillotte). Il ne faut surtout pas masser ni frictionner la personne car cela peut aggraver la lésion. Enfin, il faut lui faire boire des boissons sucrées, chaudes et non alcoolisées si elle est consciente.

Les nourrissons sont particulièrement sujets à l‘hypothermie puisqu’ils sont plus sensibles aux basses températures et qu’ils sont très peu actifs. C’est pourquoi, on prendra soin de ne pas sortir son nourrisson en période de grand froid. En cas de nécessité impérative, on le sortira en prenant les précautions suivantes :
on le couvrira chaudement (grâce à plusieurs épaisseurs de vêtements), en lui protégeant également la tête par un bonnet et les extrémités par des gants et chaussures. On transportera l’enfant de façon à ce qu’il soit libre de ses mouvements, dans un landau ou une poussette par exemple. En effet, l’utilisation du porte-bébé comprime les membres inférieurs et peut ainsi entraîner des gelures.
 
Vendredi 30 Septembre 2016
 Ajouter au favoris

 
 
Le rôle des mairies
   
D’après la loi, il incombe à chaque mairie de disposer d’un registre nominatif où seront recensées, si elles en font la demande, les personnes âgées ou handicapées vivant à domicile. Ces personnes pourront ainsi bénéficier de l’intervention ciblée des services sanitaires et sociaux auprès d’elles, en cas de déclenchement du «plan d’alerte Grand Froid» par le préfet.
 
INFORMATION


COMMENT M'INSCRIRE SUR LE REGISTRE NOMINATIF ?


Pour connaitre les modalités d'inscription et les démarches à suivre, veuillez-vous rendre sur la page de votre ville.

 
Qui contacter en cas d’urgence?
   
En cas de besoin, il est utile de connaître les numéros à appeler en urgence. Il faut donc les noter et les laisser toujours au même endroit, (par exemple, à côté du téléphone).
La première personne à joindre en cas de malaise est le médecin traitant. Si celui-ci n’est pas là, on appellera le SAMU, en composant le 15. Le SAMU, selon la gravité du cas, donnera des conseils et orientera, si besoin est, vers un médecin de garde. Celui-ci décidera ou non l’hospitalisation et organisera la prise en charge vers l’hôpital.
Enfin, votre pharmacien est aussi tout à fait en mesure de vous aider car il connaît non seulement les symptômes des pathologies liés au grand froid, mais aussi les services d’entraide et de secours. N’hésitez pas à lui demander conseil.
Par ailleurs, le Plan Blanc, au niveau national, prévoit au moment de la période de frand froid, un renforcement des effectifs et des moyens dans les hôpitaux, permettant une grande réactivité et une parfaite coordination entre la population et les structures de soins.
LIENS UTILES
Sante.Gouv.fr - Info Trafic - Meteo France
 
L’aggravation de maladies préexistantes
   
  Le très grand froid demande au corps de faire des efforts supplémentaires sans s’en rendre compte. Le cœur bat alors plus vite pour éviter que le corps se refroidisse. Cela peut donc être dangereux pour les
personnes âgées et les malades chroniques. Il faudra donc éviter au maximum de sortir. Si cela n’est pas possible, la personne doit s’habiller chaudement, se faire accompagner ou conduire. Enfin, il ne faudra pas faire d’efforts physiques en plein air (courir, pelleter, déneiger, changer une roue...) mais préférer demander de l’aide.

En cas de grand froid prolongé, les personnes âgées essayeront de rester chez elles au maximum. Elles penseront à faire les courses pour une longue période et elles prévoiront leurs médicaments pour une durée suffisante. Elles donneront régulièrement de leurs nouvelles à leur entourage. D’une manière générale, tous les malades chroniques doivent toujours avoir sur eux leur traitement à prendre en cas de crise (broncho-dilatateur inhalé...) et peuvent se faire vacciner contre les infections pneumococciques.
 
Les effets indirects du grand froid
   

Le risque accru d’une intoxication au monoxyde de carbonne est due le plus souvent au dysfonctionnement d’appareils de chauffage (au gaz, fioul, charbon) ou lorsque les aérations du logement ont été obstruées. Il faut impérativement avant l’arrivée du grand froid vérifier le bon fonctionnement de ses chauffages et des conduits d’aération.
 
L'information aux habitants
   
Le maire a l’obligation d’informer les habitants de sa commune, avant le début des premières chaleurs ou du grand froid, de l’existence du registre nominatif de recensement et de sa finalité.
Il emploiera donc tous les supports d’information dont il dispose dans ce but : affichage municipal, journal municipal, presse quotidienne régionale, mais aussi tous les réseaux et services d’aide en contact avec les populations concernées comme les services sociaux, les centres communaux d’action sociale, les CLIC (centre local d’information et de coordination), les mutuelles, médecins, pharmaciens et même services publics (comme la Poste, par exemple).
 
Solidarité
   

La solidarité est la première mesure à appliquer en cas de vagues de grand froid.

En effet, l’isolement des personnes âgées ou handicapées dont le manque d’autonomie ne leur permet pas un lien fréquent avec le monde extérieur représente un facteur aggravant en période de grand froid.

C’est pourquoi il faudra, en cas de froid extrème, s’assurer que les personnes de santé précaire, dans son entourage direct, sont aidées et soutenues dans leur vie quotidienne.

On pourra éventuellement aider les sans-abri ou les sdf en contactant les services d’urgence comme le 115 samu social ainsi que les structures d’aide de la mairie de sa ville.

On peut penser à aider les personnes dépendantes en prenant régulièrement de leurs nouvelles, et cela même en l’absence d’une demande de leur part.
 
Les recommandations en période de grand froid
   
En cas de grand froid, quelques règles de vie sont à appliquer pour passer le plus sereinement possible cette période.


Avant le début de l’hiver, il est indispensable de vérifier le bon fonctionnement des appareils de chauffage et des bouches d’aération dans son habitat. En effet, beaucoup trop d’accidents domestiques surviennent malheureusement du fait de leur dysfonctionnement. On veillera également à ramoner les cheminées.
La température ambiante intérieure doit être de 19°C. On s’appliquera à ne pas surchauffer afin d’éviter les risques d’incendie et d’intoxication, et quel que soit le temps, on pensera à aérer sa maison une fois par jour.
En cas de froid extrême, des coupures d’électricité ou des ruptures de canalisation peuvent se produire. Il faudra donc prévoir de l’eau et des plats instantanés ne nécessitant pas de cuisson. Dans ces situations particulières, les personnes isolées ou malades peuvent demander de l’aide auprès de leur mairie.

  Quand l’alerte grand froid est lancée, on évitera au maximum de sortir de chez soi. Si on doit malgré tout sortir, on s’habillera chaudement en protégeant particulièrement la tête, le cou, les pieds et les mains. Le nez et la bouche devront également bien être couverts pour respirer moins d’air froid.


En cas de déplacement en voiture, il est prudent d’écouter la météo et de s’informer de l’état des routes 'www.bison-fute.equipement.gouv.fr' Avant le départ, on s’assurera du bon fonctionnement du véhicule et on se munira d’une couverture, d’un téléphone portable chargé et d’une boisson chaude, pour parer aux éventuels retards sur la route.
 
L’inscription sur le registre
   

Trois catégories de personnes peuvent figurer, à leur demande, sur le registre nominatif
  • Les personnes âgées de 65 ans et plus et résidant à leur domicile.
  • Les personnes âgées de plus de 60 ans reconnues inaptes au travail et résidant à leur domicile.
  • Les personnes adultes handicapées résidant à leur domicile